Quand on tient un blog, on cherche (le plus souvent au moins) à faire des choses nouvelles (pour nous en tous cas). On veut expérimenter de nouvelles saveurs et associations. On essaie de se renouveler, parfois même de se bousculer, et d'aller contre nos réflexes et nos habitudes culinaires, en se dirigeant vers ce à quoi on est pas habitué. Du coup, on (et là, je veux dire "je") "oublie" un peu les incontournables, ces classiques terriblement efficaces, qui plaisent à tous les coups. Souvent ces recettes paraissent d'une simplicité enfantine, alors on les met de côté. Pourtant, elles demandent du travail pour être à la hauteur de ce qu'elles représentent dans notre imaginaire. Elles ont un pouvoir évocateur terriblement puissant, et l'attente qui se cache derrière est souvent elle aussi très forte. Une bouchée, une saveur, une odeur et nous sommes replongés en enfance, un mercredi après midi à l'heure du goûter... Il y a donc une certaine pression, je trouve, à se lancer dans ces réalisations. Mais elles sont terriblement gratifiantes quand elles réussissent à ramnimer ce souvenir, ce tendre moment de notre passé. La mousse au chocolat est de celle-là ! En apparence d'une consternante banalité, mais en réalité complexe. Parce que rien n'est plus décevant qu'une mauvaise mousse au chocolat... Celle-là est de celle qui vous font qui vous tire un "oh my god !". En même temps, elle n'est pas de moi mais de l'école Valrhona... Et vous l'aurez compris, elle est la première d'une série qui va me permettre de maîtriser ce fantasmagorique moment de plaisir intense et chocolaté !

 P1660713

Pour 6 petites verrines :

  • 110 g de chocolat à 60%
  • 1 jaune d'oeuf, soit 20 g
  • 2 blanc d'oeuf, soit 66 g
  • 50 g de crème liquide entière
  • 18 g de sucre

On commence par hacher le chocolat. On le fait ensuite fondre au bain-marie. Dans le même temps, on fait bouillir la crème. 

On retire le chocolat du bain-marie quand il est bien fondu. Et on verse en trois fois la crème et prenant garde de bien l'incorporer à chaque fois au chocolat. A la fin, on doit obtenir un chocolat bien brillant.

On ajoute le jaune d'oeuf pour finir de lisser le tout.

Parallèlement, on monte les blancs avec le sucre en neige ferme.

Lorsque la température du chocolat noir est tombée aux alentours de 45/50°C, on incorpore un quart des blancs. On mélange bien pour détendre le tout. Puis on incorpore délicatement le restant des blancs en veillant à ne pas casser ces derniers.

On verse dans des verrines et on réserve au frais 12 heures avant de déguster.

Y'a-t-il autre chose à dire que ça : hummmmmmmmmmmmmm ! Cette mousse est terriblement chocolatée, plutôt ferme. La texture est bien mousseuse (elle fait de jolies bulles d'air) et en même temps elle offre un fondant très agréable en bouche. Perso, je suis fan, mais en petite quantité. Je n'aurais jamais pensé dire ça d'une quelconque chose à base de chocolat, mais c'est vrai, c'est vraiment une mousse qui se déguste, lentement, petite bouchée par petite bouchée. Et du coup, la petite verrine permet de bien profiter de ses plaisirs tout en gardant cette petite envie de reviens-y terriblement frustrante mais qui en fait tout le charme !

 P1660724

Maintenant, à vous de jouer !