11 juillet 2016

..Smoothie séduction (cerises, fraises, bleuets et basilic pourpre)..

Samedi dernier, nous avons vécu une journée "pourrie" comme on en avait pas vu depuis longtemps... pluie pluie pluie pluie... pas de chance pour nous. On prévoyait d'aller faire une belle balade dans un des nombreux parcs qui entourent Montréal... Finalement, nous sommes restés à la maison et j'ai passé une bonne partie de ma journée en cuisine (pour mon plus grand plaisir). Pour commencer cette journée maussade et pluvieuse, je me suis préparée ce délicieux smoothie dont la seule vocation suffit à régaler mes papilles !

DSC_0078-2

Par personne :

  • fraises bien mûres et sucrées : 80 g
  • cerises noires : 60 g
  • bleuets : 60 g
  • citron jaune : 1
  • miel de framboisier : 25 g
  • yaourt : 80 g
  • basilic pourpre : 3 feuilles

Toujours un jeu d'enfant ! On presse le citron. On place le jus dans un mixeur avec les fraises (lavées et équeutées), les cerises dénoyautées, les bleuets, le basilic, le miel et le yaourt. Et on mixe juqu'à obtenir un beau smoothie bien onctueux et terriblement coloré !

DSC_0058-2

Maintenant, à vous de jouer !

Posté par Pour ta pomme à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


10 juillet 2016

..Crumble aux abricots et basilic (sans gluten et sans lactose)..

Nous avions quelques abricots qui commencaient à faire un peu la tête dans le panier de fruits... pas question de laisser périr ces petites gourmandises, considérant que la nature ne nous les offre que quelques semaines dans l'année ! J'avais en tête d'en faire une glace, mais il y avait encore du sorbet au melon, du sorbet à l'ananas et de la glace à la pistache (et oui, des recettes à venir ! ^-^). Une prochaine fois... Je me suis donc décidée pour un crumble. Le résultat est très satisfaisant. Le crumble est doux et croquant, pas trop gras mais surtout pas sec du tout. Cela reste très acidulé parce que c'est comme ça que je l'aime, mais n'hésitez pas à ajouter du sucre ou du miel aux abricots si vous craignez un peu l'acidité des abricots cuits.

L'association abricot/basilic est une tuerie. C'était ma première tentative et je suis vraiment heureuse de la découverte ! Faut dire que le basilic est vraiment un bon petit soldat en cuisine. Très docile, il se prête à mille et un mariages sucrés !

DSC_0403-2

Pour 4 crumbles individuels :

  • abricots bien mûrs : 8 à 10 (ou 400 g sans les noyaux)
  • vin blanc moelleux : 4 cuillères à café
  • feuilles de basilic : 2

Pour la pâte à crumble sans gluten et sans lactose :

  • farine sans gluten (recette du mix que j'utilise ici) : 30 g
  • farine de sarrasin : 15 g
  • poudre d'amande : 30 g
  • sucre roux : 15 g
  • miel : 15 g
  • purée d'amande : 15 g
  • huile d'olive : 15 g
  • feuilles de basilic : 2
  • noix de grenoble : 20 g

On s'occupe d'abord des fruits. On coupe les abricots en morceaux. On les place dans un un récipient avec le vin blanc et le basilic finement ciselé. On mélange bien et on réserve au frais.

On préchauffe ensuite le four à 180°C.

Puis on prépare la pâte à crumble. Pour cela, on mélange dans un grand saladier l'ensemble des ingrédients secs. On ajoute la purée d'amande, le miel et l'huile d'olive, puis le basilic finement ciselé et les noix hachées, et on mélange avec les doigts pour amalgamer grossièrement la préparation.

On dépose les fruits dans quatre plats pouvant supporter la cuisson au four. On recouvre avec le crumble. Puis, on place au four pour 25 minutes environ ou jusqu'à ce que le crumble colore.

On laisse refroidir et on déguste tiède. Ces crumbles peuvent également se manger froid, mais éviter de les servir directement à la sortie du four, ils sont quand même meilleurs s'ils ont un peu de temps pour revenir à température.

DSC_0433-2

Maintenant, à vous de jouer !

06 juillet 2016

..Sorbet au melon et au romarin..

Si en France j'avais développé un véritable don pour choisir les melons de Charente, les cantaloups (melon que l'on trouve le plus communément au Québec) restent encore une véritable énigme pour moi... Du coup, une fois sur deux, on mange un concombre à peine sucré ! ^-^ Mais cette semaine... yummy ! On a eu la chance de tomber sur un melon bien ferme, juteux et hyper sucré comme on les aime. Du coup, je n'avais qu'une idée en tête, en réserver une partie pour en faire un bon sorbet bien rafraichissant... Il a fallu que je négocie un peu avec Mr Pomme, mais j'ai réussi à obtenir de quoi réaliser ma gourmandise du jour ! 

DSC_0382-2

Pour 4 personnes :

  • chaire de melon cantaloup : 400 g
  • miel de framboisier : 25 g
  • sucre : 30 g
  • vin blanc moelleux : 30 g
  • jus d'un demi-citron 
  • romarin : 8 brins

On commence par mixer la chaire du melon avec le sucre et le pour obtenir un joli coulis. On ajoute le vin blanc et le jus de citron et on mixe à nouveau. 

On verse la préparation dans un récipient refermable. On place dedans le romarin. Puis on ferme et on place au frais pour 3 à 4 heures, voire toute une nuit.

Quand la préparation est bien froide, on récupère. On mixe la préparation à nouveau (avec ou sans le romarin cela dépend de la puissance que vous souhaitez lui donner dans la préparation), puis on turbine en sorbetière.

On place ensuite au congélateur pour 2 heures, le temps que le sorbet rafermisse suffisamment pour faire de belles boules. Vous pouvez également comme je l'ai fait ici placer le sorbet directement dans des moules.

L'ajout du miel et du vin blanc permet au sorbet de conserver un certain moelleux. Mais il reste que les sorbets-maison durcissent beaucoup plus que ceux du commerce. Il faudra donc penser à le sortir un tout petit peu avant pour qu'il s'assouplisse légèrement. Quoiqu'il en soit... c'est un délice !

DSC_0370-3

Maintenant, à vous de jouer !

Posté par Pour ta pomme à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

04 juillet 2016

..Financiers aux cerises noires, sans gluten et sans lactose..

Chaque tournée de glace est l'occasion de tester de nouvelles recettes pour liquider les blancs d'oeuf non utilisés dans la crème anglaise... Quel supplice ! Cette fois, je me suis tournée vers cette nouvelle recette de financiers de Clothide Dusoulier, repérée chez Mes brouillons de cuisine... sans lactose, et que j'ai "adapté" sans gluten.

Alors peut-on continuer à les appeler "financiers"... C'est souvent la question que je me pose depuis que je cuisine "sans". Des financiers sans ce bon petit beurre noisette qui les caractérisent peuvent-ils continuer à se nommer "financiers". Les puristes diront probablement "non... quel scandale !", les intolérants qui ne veulent pas tirer un trait sur leur péché de gourmandise accorderont avec moins de scrupules le titre de financier à ces petites choses aux amandes ultra moelleuses et bien gourmandes ! Autant vous dire qu'ayant été totalement conquise par cette recette, je fais partie de la seconde catégorie ! ^-^ Comme je suis vraiment vraiment très gourmande... j'ai ajouté un peu de rhum et j'ai agrémenté chaque financier d'une belle cerise entière... yummy je vous dis !

DSC_0225-2

Pour 15 financiers :

  • amandes en poudre : 65 g
  • sucre : 50 g
  • fécule de maïs : 15 g
  • sel : 1 pincée
  • purée d'amandes : 25g
  • huile d'olive : 20 g
  • blancs d'oeuf : 2
  • cerises noires : 15
  • rhum : 1 cuillère à café

On commence par préchauffer le four à 180°C. 

On mélange bien ensemble les amandes en poudre, le sucre, la fécule et le sel. 

Dans un saladier, on travaille ensemble rapidement la purée d'amandes et l'huile pour bien assouplir la purée d'amandes qui peut être parfois un peu dure. On incorpore le tout au mélange précédent. Puis on ajoute les blancs d'oeuf et le rhum.

On dépose la préparation dans des petits moules préalablement beurrés ou en silicone. On enfonce dans chaque empreinte une cerise entière. 

On place au four pour 15 à 18 minutes environ. On stoppe la cuisson quand les financiers sont dorés.

Verdict : des bouchées moelleuses et fondantes. L'association amande/cerise/rhum fonctionne parfaitement. C'est un classique avec lequel on prend peu de risque. L'huile d'olive ne se sent pas, mais renforce le parfum de l'amande... bref, un futur classique à la maison ! 

DSC_0257-2

Maintenant, à vous de jouer !

Source : Mes brouillons de cuisine 

Posté par Pour ta pomme à 07:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

02 juillet 2016

..Glace au chocolat et au pralin..

Je vous l'ai dit, elle tourne, elle tourne, elle tourne en ce moment ma sorbetière... ou plutôt elle turbine, elle turbine, elle turbine. Si de mon côté, j'aime tester de nouvelles choses et de nouvelles saveurs à chaque batch, Mr Pomme reste très classique dans ses choix : chocolat, pistache et rhum-raisin. Du coup, j'essaie de varier les recettes autour de ces 3 grands classiques pour ne pas trop tourner en rond. Cette fois, j'ai simplement agrémenter la glace avec un bon pralin maison. Simple, mais efficace, croyez-en mon gourmand ! Cette version a été aussi l'occasion d'améliorer ma recette précédente que je trouvais légèrement trop sucrée. Cette fois, l'équilibre me convient. On sent bien le cacao sans que la glace soit trop amère. Je vais finir par l'avoir la glace au chocolat parfaite ! ^-^

DSC_0293-2

Pour 8 boules de glace environ :

  • lait entier : 175 g
  • crème liquide entière : 200 g
  • jaunes d'oeuf : 2
  • sucre : 35 g
  • chocolat à 52% (de bonne qualité) : 75 g
  • cacao amer : 10 g
  • sel : 1 pincée
  • pralin : 2 cuillères à soupe

1- Préparation de la base, J-1 :

On commence par faire bouillir 105 g de crème avec le cacao et le sel, sans cesser de remuer pour bien tout mélanger et éviter que la préparation accroche. On hache le chocolat sur lequel on verse le liquide bouillant en deux fois. On mélange vigoureusement entre chaque ajout. Quand la préparation est brillante et homogène, on incorpore les 100 g de crème restante. On réserve.

On fait ensuite chauffer (on peut utiliser la même casserole) le lait. Pendant ce temps, on fouette les jaunes d'oeuf avec le sucre. Quand le lait est chaud, on verse la moitié sur les jaunes d'oeuf en mélangeant bien. Puis on verse le tout dans la casserole et  on fait ensuite cuire la crème à feu doux, sans cesser de remuer, jusqu'à ce que le mélange atteigne 83-85°C, et qu’elle nappe la cuillère.

Quand la crème est arrivée à bonne température, on incorpore le mélange chocolaté précédent. On donne un petit coup avec le mixeur plongeant pour bien s'assurer que la crème est homogène. On la transvase dans un récipient propre et on attend qu'elle refroidisse avant de la placer au frais pour toute la nuit.

2- Préparation de la glace, Jour J :

Le lendemain, on récupère la crème et on mixe avec le mixeur plongeant jusqu'à ce qu'elle soit bien souple.

On prépare la sorbetière et on turbine la préparation selon les instructions du fabriquant.

Quand la glace commence à être bien prise, on ajoute le pralin, bien on poursuit le travail. On peut ensuite déguster cette délicieuse glace au chocolat directement ou bien la placer au congélateur. Pour le faconnage, c'est plus simple si on la place 2-3 heures au congélateur avant de déguster.

On nappe ensuite de chocolat fondu et de on ajoute quelques noisettes concassées... et le tour est joué !

Les petits morceaux de pralin apportent un peu de croquant dans cette crème glacée à la texture ultra soyeuse. C'est vraiment un régal !

DSC_0297-2

Maintenant, à vous de jouer !

Posté par Pour ta pomme à 07:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


29 juin 2016

..Biscuits cacaotés aux blancs d'oeuf (sans gluten)..

Après avoir réalisé la glace au chocolat et au rhum, il me restait deux blancs d'oeuf. Avec ceux-ci, j'ai improvisé des petits biscuits vraiment cheewy que j'ai particulièrement aimé et que je vous propose donc aujourd'hui. Je me suis inspirée de cette recette, même si je ne l'ai pas totalement suivie. C'est vraiment ultra rapide à faire et ils ont un bon petit goût de brownie. Par contre, ils sont clairement sucrés, donc un ou deux biscuits suffiront à combler vos envies de gourmandises !

DSC_0099-2

Pour 14 biscuits :

  • sucre glace : 90 g
  • cacao amer en poudre : 50 g
  • noisettes en poudre : 20 g
  • pépites de chocolat à 66% : 100 g
  • blancs d'oeuf : 2
  • extrait de vanille maison (non sucré) : 1 cuillère à café
  • chocolat blanc : 30 g

On commence par mélanger ensemble le sucre glace, le cacao et la poudre de noisette. On incorpore les blancs d'oeuf et l'extrait de vanille, et on mélange à la spatule. On incorpore enfin les pépites de chocolat. Et on met au frais pour 2 heures.

On préchauffe le four à 180°C. On récupère la pâte et on en prélève des portions avec une grosse cuillère. On les dépose sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé. On espace car les biscuits s’étalent pendant la cuisson. Puis on enfourne pour 10 minutes. À la sortie du four, les biscuits sont encore bien mous, mais en refroidissants, ils deviennent plus fermes.

Après cuisson, on laisse refroidir les biscuits sur une grille. Quand ils sont froids, on fait fondre le chocolat blanc. On le place dans un cornet et on en dépose un peu sur chaque biscuit. On les dépose sur une feuille de rhodoïd le temps que le chocolat cristallise. Ensuite on les place dans une boîte métallique pour les conserver (l’idéal pour qu’ils ne ramollissent pas comme ils le feraient dans une boîte en plastique).

C'est terriblement moelleux à l'intérieur... ultra cheewy comme j'aime. Ils accompagnent parfaitement un thé à la menthe. Ils sont un peu sucré comme on peut s'y attendre, mais pas tant que ça finalement. Mais c'est sûr qu'à moins d'une grosse fringuale, vous ne liquiderez pas les 14 dans l'heure qui suit ! ^-^

DSC_0132-2

Maintenant, à vous de jouer !

Inspiration : Élo dans la farine

Posté par Pour ta pomme à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

27 juin 2016

..Glace soyeuse au chocolat et au rhum..

Ok... ça tourne un peu en rond dans la cuisine des Pommes en ce moment... smoothie... glace... glace... smoothie... Mais que voulez-vous, c'est l'été ! Tous les ans, je promets à Mr Pomme qu'il va avoir ses parfums favoris... chocolat et pistache. Mais il faut bien reconnaître que cela se produit rarement, ma curiosité étant toujours attirée vers un autre parfum. Cette année, j'ai tenu parole puisque la deuxième fournée de glace a été au chocolat... bon chocolat mais pas que... avec une pointe de rhum quand même parce que chocolat/chocolat on connaissait déjà ! Cette version est un vrai succès. La glace a une texture terriblement douce et le rhum vient bien réhausser le chocolat. J'ai quelques idées pour agrémenter la prochaine version, mais avant ça... j'ai en tête un petit sorbet ananas/basilic qui devrait pas tarder à se faire turbiner !

DSC_0138-2

Pour 8 boules de glace environ :

  • lait entier : 125 g
  • crème liquide entière : 250 g
  • jaunes d'oeuf : 2
  • sucre : 40 g
  • chocolat à 52% (de bonne qualité) : 75 g
  • cacao amer : 10 g
  • miel de framboisier : 15 g
  • sel : 1 pincée
  • rhum vanillé : 20 g

1- Préparation de la base, J-1 :

On commence par faire bouillir 125 g de crème avec le cacao, le miel et le sel, sans cesser de remuer pour bien tout mélanger et éviter que la préparation accroche. On hache le chocolat sur lequel on verse le liquide bouillant en deux fois. On mélange vigoureusement entre chaque ajout. Quand la préparation est brillante et homogène, on incorpore les 125 g de crème restant. On réserve.

On fait ensuite chauffer (on peut utiliser la même casserole) le lait. Pendant ce temps, on fouette les jaunes d'oeuf avec le sucre. Quand le lait est chaud, on verse la moitié sur les jaunes d'oeuf en mélangeant bien. Puis on verse le tout dans la casserole et  on fait ensuite cuire la crème à feu doux, sans cesser de remuer, jusqu'à ce que le mélange atteigne 83-85°C, et qu’elle nappe la cuillère.

Quand la crème est arrivée à bonne température, on incorpore le mélange chocolaté précédent et le rhum. On donne un petit coup avec le mixeur plongeant pour bien s'assurer que la crème est homogène. On la transvase dans un récipient propre et on attend qu'elle refroidisse avant de la placer au frais pour toute la nuit.

2- Préparation de la glace, Jour J :

Le lendemain, on récupère la crème et on mixe avec le mixeur plongeant jusqu'à ce qu'elle soit bien souple.

On prépare la sorbetière et on turbine la préparation selon les instructions du fabriquant.

On peut ensuite déguster cette délicieuse glace au chocolat directement ou bien la placer au congélateur.

Personnellement, comme je l'avais déjà dit, pour éviter les problèmes de façonnage lié au fait que les glaces maison sont bien souvent plus dures que celles du commerce après quelques jours au congélateur, je congèle mes glaces directement façonnées en boule. Comme ça, après il suffit de sortir le nombre de boules voulues, d'attendre jusque quelques minutes pour qu'elles retrouvent un peu de souplesse...

Si elle était délicieuse, j'aime les glaces au chocolat qui sont un peu plus amère. Je pense donc que la prochaine fois, je vais utiliser un chocolat à 66% comme je l'ai fait dans cette autre version. Mais elle reste quand même tout à fait acceptable en terme de sucre, c'est plus mon goût personnel là.

DSC_0161-2

Maintenant, à vous de jouer !

Posté par Pour ta pomme à 07:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

20 juin 2016

..Smoothie velours (abricot, romarin, gingembre)..

J'ai sincèrement l'impression de revivre depuis que les beaux jours sont revenus. Surtout que si vous ne connaissez pas Montréal pendant la belle saison, il faut savoir que c'est l'endroit le plus agréable à vivre (au monde ! Sans rire !) dès que le mois de juin pointe le bout de son nez ! C'est sûr qu'il faut endurer un hiver interminable et un printemps tout maussade pour y avoir droit, mais que de bonheur ! Chaque jour, je me dis que je pourrais passer toute ma vie ici si ce merveilleux soleil acceptait de s'y loger un peu plus longtemps... la lumière est magique, il y a plein d'activités, les rues sont toutes vertes et fleuries, la bonne humeur est partout ! Les soirées douces que nous vivons en ce moment sont autant d'occasion d'aller faire une petite ballade à vélo ou à pieds ou encore de traîner sur notre terrasse (que nous avons enfin fini d'aménager, et qui est maintenant un véritable appel à la paresse détente... ^-^). Ces soirées à parler de tout et de rien en sirotant un petit verre permettent de déconnecter (et déconner) totalement du quotidien et de finir une longue journée de travail en goûtant à un sentiment de vacances ! C'est tellement agréable ! J'adore ! Pour accompagner ces moments de détente, LA boisson idéale, c'est le smoothie ! Et cette version veloutée à l'abricot (avec du romarin choyé par mes petites mimines ! ^-^) est un régal !

DSC_0074-2

Par personne :

  • abricots bien mûrs : 150 g (environ 4 petits abricots)
  • décoction de gingembre (un morceau de gingembre pelé et coupé en tranches que l'on fait bouillir dans de l'eau et que l'on laisse ensuite mariner plusieurs heures) : 6 cuillères à soupe
  • romarin : 4-5 "feuilles"
  • miel de framboisier : 25 g
  • yaourt : 80 g

Comme toujours, c'est un jeu d'enfant. On place dans le mixeur les abricots dénoyautés, le gingembre, le miel, le yaourt et le romarin. On place au congélateur pendant une 10ne de minutes pour que le tout soit bien bien frais ! L'idée, c'est d'avoir une préparation très froide, mais pas surgelée. Puis on mixe jusqu'à obtenir un beau smoothie bien velouté et onctueux.

L'association abricot/romarin est un délice, et je conseille vraiment à celles et ceux qui n'ont pas encore eu l'occasion de tenter de se lancer. C'est tellement dommage de limiter l'utilisation des herbes aux plats salés. Ce smoothie est très désaltérant et il a un vrai pouvoir magique : il vous place en direct en mode vacances ! ^-^

DSC_0059-2

Maintenant à vous de jouer !

Posté par Pour ta pomme à 02:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

13 juin 2016

..Glace à la vanille et aux noix de pécan caramélisées..

L'an dernier, j'ai investi dans une magnifique sorbetière, mais je n'ai pas encore eu vraiment le temps de l'utiliser depuis... Cette année, j'ai décidé de la faire turbiner un peu plus souvent en réalisant des quantités de glace un peu moins grandes et pouvoir ainsi varier les plaisirs... Je démarre donc la saison en puisant dans les classiques... une simple glace à la vanille. Si je n'aime pas les glaces à la vanille du commerce qui ont souvent ce petit goût de vanille totalement artificiel (qui fait que pendant longtemps d'ailleurs je n'ai pas aimé la vanille !), fait maison... c'est autre chose ! Là en plus, c'est la version "ultime" d'Edda que je vous propose... autant dire qu'on peut y aller les yeux fermés ! J'ai ajouté, pour encore plus de gourmandise, des éclats de noix de pécan caramélisées comme Edda le proposait dans une autre version... Je vous dis pas le régal ! Sinon, j'ai fait l'impasse sur le lait en poudre... et j'ai augmenté la dose de miel légèrement... La texture est restée parfaite ! Un vrai succès !

DSC_0115-2

Pour 2-3 personnes :

Pour la glace à la vanille

  • crème liquide entière : 90 g
  • lait entier : 160 g
  • sucre : 20 g
  • miel de framboisier : 1 cuillère à soupe
  • jaunes d’œuf : 2
  • vanille : 1 gousse

Pour les noix de pécan caramélisées :

  • noix de pécan : 30 g
  • sucre : 20 g
  • eau : 20 g

1- Préparation de la glace, J-1 :

On place ensemble la crème, le lait, le miel et la pulpe de la moitié de la gousse de vanille dans une casserole. On fait chauffer jusqu'au début de l'ébullition en mélangeant bien pour s'assurer que le miel fonde.

Pendant ce temps, on bat ensemble les jaunes, le sucre et la pulpe de la seconde moitié de la gousse de vanille jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Puis on verse le lait/crème chaude dessus en fouettant. 

On replace le tout dans la casserole, et on fait cuire sans cesser de mélanger avec une cuillère en bois, jusqu’à ce que la crème atteigne 83°C, et qu’elle nappe la cuillère.

On retire alors du feu, on place dans un récipient propre et on laisse refroidir à température ambiante avant de placer au frais pour toute la nuit.

2- Préparation des noix caramélisées, Jour J :

Le lendemain, on prépare les noix de pécan caramélisées. Pour cela, on place les noix sur une plaque et on les torréfie au four préchauffé à 180°C pendant 5 à 8 minutes. Attention, ça va vite et il faut bien surveiller qu'elles dorent mais ne brûlent pas.

Dans une petite casserole, on place le sucre et l'eau. Quand le sucre est fondu et que le sirop commence à bouillir, on incorpore les noix. On mélange bien avec une spatule en bois pour enrober les noix avec le sirop. On laisse cuire doucement sans cesser de remuer jusqu'à ce que les noix soient enrobées d'un beau caramel doré (on passe par une étape de cristallisation tout à fait normal, puis les cristaux de sucre fondent tranquillement et se transforment en caramel). On débarrasse sur une feuille de papier cuisson, en veillant à bien séparer les noix. Quand elles sont refroidies, on les concasse grossièrement. On réserve

3- Préparation de la glace, Jour J : 

On récupère la crème. On fait turbiner en respectant les instructions du fabriquant de la sorbetière. Quand la glace est bien prise, on ajoute les éclats de noix de pécan caramélisées. On laisse turbiner encore quelques minutes pour bien les incoporer à la glace. 

On verse la glace dans un bac et on place au congélateur jusqu'au moment de servir (mais on peut aussi la manger à la sortie de la sorbetière, elle manque alors juste un peu de fermeté, mais elle reste délicieuse !)

Après, y’a plus qu’à se régaler. Comme la glace est maison, elle se conservera moins longtemps qu'une glace du commerce. En outre, le froid n'est pas un ami de la vanille dont le goût se détériore au congélateur... En même temps, si vous faites d'aussi petites portions que moi... y'a peu de chance qu'il en reste ! ^-^

DSC_0120-2

 Source : Un déjeuner de soleil 

Posté par Pour ta pomme à 00:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 juin 2016

..Amaretti aux écorces d'orange confite et chocolat (selon la recette de J. Andrieu et P. Hermé) (sans gluten)..

Cette recette de Julie Andrieu et Pierre Hermé était sur ma to-do list depuis un moment déjà, mais je n’avais pas encore trouvé l’occasion de la faire (faut dire que c’est difficile de trouver le temps de réaliser tout ce qui est sur ma to-do list qui finalement n’a rien d’une to-do list… c’est une véritable encyclopédie tellement elle est longue… longue… longue… Quand j’ouvre le fichier avec tous les liens… j’ai un peu l’impression d’être dans un de ces films où l’on s’apprête à signer un contrat avec le diable. Vous savez quand celui-ci arrive avec le fameux contrat pour vous le lire, et que ce contrat est un parchemin qu’il déroule pour vous endormir tant il est long long long…). Là, c’est fait ! Une ligne de moins sur ma liste (bon, je vous dis que ce même jour, j’ai ajouté 5 nouvelles recettes à tester… ^-^)… et après on me demande pourquoi je ne refais pas les mêmes recettes… mais une vie ne suffit déjà pas pour tester tout ce qui me fait envie !

J’ai suivi la recette presque à la lettre… en même temps, je me suis dit qu’on pouvait quand même faire confiance à Pierre Hermé… ^-^ J’ai juste ajouté un peu de gourmandise avec des écorces d’orange confite (j’adore l’association avec l’amande) et un peu de chocolat… juste un peu… parce qu’on dirait pas comme ça mais c’est toujours période de disette gourmande (oui, c’est le nom de mon régime ! ^-^) à la maison !

DSC_0047-4

Pour 24 amaretti :

  • sucre : 180 g
  • poudre d’amandes : 200 g
  • blancs d’œuf : 2
  • amaretto : 2 cuillères à café
  • écorces d’orange confite : 40 g
  • chocolat noir à 70% : 100 g

On commence par placer dans le mixeur le sucre et la poudre d’amande. On mixe bien et on ajoute ensuite les blancs d’œuf et l’amaretto. On mixe à nouveau pour obtenir une pâte d’amande assez collante. On incorpore ensuite à la spatule les écorces d’orange hachées finement.

On place le tout au frais pour 2 heures.

Une fois le temps de repos passé, on préchauffe le four à 180°C.

À l’aide d’une cuillère, on prélève de la pâte. On façonne ensuite des boulettes avec le plat de la main (plus pratique à réaliser si on humidifie légèrement les mains). On dépose sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé. On espace car les amaretti s’étalent un peu pendant la cuisson. Puis on enfourne pour 15 min.

Après cuisson, on laisse refroidir les biscuits sur une grille. Quand ils sont froids, on fait fondre le chocolat, et on trempe la moitié des biscuits dedans. On les dépose sur une feuille de rhodoïd le temps que le chocolat cristallise. Ensuite on les place dans une boîte métallique pour les conserver (l’idéal pour qu’ils ne ramollissent pas comme ils le feraient dans une boîte en plastique).

DSC_0066-4

Maintenant, à vous de jouer !

Source : Confidences sucrées de Julie Andrieu et Pierre Hermé