10 février 2017

..Gnocchi aux épinards et sel de citron (sans gluten)..

La semaine passée, j'ai renoué avec une petite obsession culinaire... et il ne s'agit pas de chocolat promis (et oui parce que pour renouer, il faut avoir rompu quelques heures au moins... avec le chocolat, cela ne m'arrive jamais pour être honnête) ! Non, cette petite rengaine tournait autour d'un plat salé que j'adore : les gnocchi. Pendant plusieurs jours, impossible de me sortir de la tête l'envie de bons petits gnocchi maison... alors j'ai fini par me lancer. Les gnocchi, c'est pas bien compliqué, mais c'est long. Pourtant, ça vaut la peine parce que les gnocchi maison, ça n'a vraiment rien à voir avec ceux que l'on achète dans le commerce. En plus, on peut les agrémenter comme on veut, les déclinaisons sont multiples. Cette fois, c'est une petite botte d'épinard qui m'a inspirée. Un délice !

DSC_2454-2 

Pour 4 personnes :

  • pommes de terre à chaire farineuse : 700 g
  • feuilles d'épinard fraîches : 120 g 
  • farine de riz complet : 200 g
  • fécule de pomme de terre : 50 g
  • sel aromatisé aux écorces de citron : 1 grosse cuillère à café

On commence par faire cuire les pommes de terre au four (il faut éviter de les cuire dans l'eau pour éviter qu'elles ne se gorgent d'eau justement) en les entourant de papier aluminium. Quand elles sont bien tendres, on les sort du four et on laisse refroidir.

Pendant ce temps, on lave les feuilles d'épinard, on les sèche bien et on les cuit à la poêle avec un peut d'huile d'olive pour les faire suer. Quand les épinards sont cuits, on les place entre deux feuilles de papier absorbant pour se débarrasse de l'excédant d'eau. On réduit ensuite les épinards en purée au mixeur. 

On épluche ensuite les pommes de terre que l'on réduit en une purée bien fine. On ajoute les épinards.

On incorpore d'abord 200 g de farine et de fécule, et on sale. On mélange bien le tout en utilisant les doigts. On ajoute ensuite le reste de farine et de fécule progressivement, jusqu'à obtenir une pâte lisse et homogène qui ne colle plus aux doigts et au plan de travail (ça peut demander un peu plus de farine que prévu en fonction de vos pommes de terre).

On place ensuite au frais pour 1 heure.

Une fois ce temps passé, on récupère la pâte. On la sépare en 4 et on forme avec chaque portion des boudins de 1,5 cm de diamètre environ, puis avec un couteau, on découpe des tronçons de 1 cm. On peut les utiliser directement comme ça, ça donne des petits coussins. On peut également essayer de les façonner en les appuyant et les roulant contre le dos d'une fourchette si on a la patience et le temps.

On pose les gnocchi sur un torchon propre légèrement fariné. Et on continue jusqu'à épuisement de la pâte. A cette étape, on peut choisir de les cuisiner immédiatement (enfin après un petit repos de 30 minutes au frais), ou bien de les congeler (et ensuite des les utiliser en les plongeant, encore congelés, dans de l'eau bouillante).

Pour les péparer, rien de plus simple. On porte un grand volume d'eau à ébullition. On jette les gnocchis dedans, et quand ils remontent à la surface, on compte 30 secondes, on égoutte et voilà.

Pour les assaisonner, c'est toujours une version assez simple que je privilégie. Là, je les ai fait revenir dans un peu d'huile d'olive avec deux échalotes émincées, puis j'ai réalisé une sauce toute simple avec un peu de crème et de parmesan. Un délice !!!

DSC_2505-2

Maintenant, à vous de jouer !

Inspiration : Ratatouille et Compagnie

Posté par Pour ta pomme à 15:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


31 janvier 2017

..Fondant au chocolat et caramel au beurre salé (sans gluten)..

Chocolat... chocolat... chocolat... c'est un plaisir toujours intact quand je me retrouve devant une belle part de fondant au chocolat. Je ne compte plus le nombre de versions déjà testées (ma balance est là pour me le rappeler). Mais en même temps, il faut ce qu'il faut pour se faire plaisir. J'utilise rarement le caramel beurre salé en cuisine, pourtant j'aime beaucoup ça. Mais ce n'est pas un produit qui fait partie de ma culture culinaire et j'y pense jamais. Mais quand je suis tombée sur cette recette de Guillemette en cherchant une nouvelle déclinaison de fondant, je me suis dit qu'il fallait vraiment changer ça... et tout de suite ! Et cela a été avec raison parce que le résultat est une tuerie. Un fondant ultra fondant, une petite pointe de sel qui sublime le chocolat et du caramel qui apporte beaucoup de douceur ! L'essayer, c'est l'adopter ! La prochaine fois, je teste l'Assassin de Bernard !

DSC_0483-2

Pour 6-8 personnes (moule à manqué de 20 cm environ) :

Pour le caramel au beurre salé :

  • sucre : 100 g
  • eau : 2 cuillères à soupe
  • beurre salé : 50 g
  • crème liquide entière : 105 g

Pour le fondant :

  • le caramel beurre salé
  • chocolat noir à 66% : 200 g
  • beurre : 150 g
  • oeufs : 5
  • fécule de maïs : 1 cuillère à soupe
  • sucre : 70 g

1 - Péparation du caramel beurre salé 

On commence par faire fondre le sucre et l'eau dans une casserole à fond épais, sans remuer. Quand le caramel est bien doré, on sort du feu. On incorpore le beurre coupé en morceaux en remuant énergiquement. Puis on incorpore la crème. On réserve à température ambiante.

2 - Préparation du fondant :

On préchauffe le four à 180°C.

On fait fondre au bain-maire le chocolat et le beurre coupé en morceaux.

Quand le chocolat et le beurre sont fondus, on les transvase dans un récipient. On ajoute le sucre. Puis on incorpore un à un les oeufs, en remuant bien entre chaque ajout pour obtenir une pâte lisse. 

On incorpore ensuite le caramel puis la fécule. On mélange bien. 

On verse dans le moule à manqué (beurré s'il n'est pas en silicone), puis on enfourne pour 18 à 20 minutes de cuisson.

A la sortie du four, le fondant ne doit être pas totalement cuit au centre. On le place alors immédiatement dans un bain d'eau glacée pour stopper rapidement la cuisson.

Finalement, le plus dur est d'attendre le lendemain pour le manger parce que la patience ici fait partie intégrante de la recette pour profiter au maximum du plaisir de ce fondant ! Et s'il se conserve au frigo, pensez à le sortir bien avant de le déguster pour qu'il revienne à température ambiante et retrouve une texture douce et fondante.

DSC_0507-2

Maintenant, à vous de jouer !

Source : Chocolat & caetera

30 janvier 2017

..Entrecôte de boeuf et sa croûte de crumble..

Quand je regarde mon blog, je me dis que le sucré est un peu trop souvent à l'honneur... Difficile de croire avec ça que je passe à travers le diabète gestiationel... Mais en fait, c'est surtout que je prends rarement la peine de prendre en photo les plats salés... Faut dire que contrairement à une pâtisserie, un bon petit plat se mange chaud... c'est-à-dire tout de suite. Mais quand j'ai un vrai coup de coeur, j'accepte de différer de quelques secondes le plaisir... mais attention, quelques secondes, ça veut dire "clic clic", deux-trois photos et pas that's it ! Mais si vous voulez régler vos yeux, hésitez pas à aller voir la recette chez Rock the Bretzel où j'ai pioché ce petit délice !

DSC0351-2

Pour 2 personnes :

Pour le crumble :

  • noisettes entières : 30 g
  • pignons de pins : 30 g
  • parmesan : 30 g
  • gruyère : 20 g
  • ail : 2 gousses
  • beurre mou : 30 g
  • fleur de sel : 1 grosse pincée
  • grains de poivre : 1 petite cuillère à café
  • persil plat : 1 petite poignée

Pour l'entrecôte :

  • une belle entrecôte de boeuf bien épaisse (450-500 g environ)
  • beurre
  • huile de pépins de raisin
  • sel, poivre

On commence par sortir la viande du frigo pour la laisser reposer à température ambiante pendant une heure environ.

Pendant ce temps, on prépare le crumble. Pour cela, on place dans le bol d'un petit mixeur les noisettes, les pignons de pin et le persil. On mixe pour concasser le tout, pas trop finement quand même. On ajoute l'ail écrasé, les fromages râpés, le sel et les grains de poivre concassés. On donne quelques coups de mixeur rapidement pour bien amalgamer le tout.

On récupère la préparation, on place dans un bol et on ajoute du bout des doigts le beurre mou pour l'incorporer dans la préparation. 

On réserve au frais.

Quelques minutes avant de passer à table, on préchauffe le four à 200°C.

On sale la viande sur les deux faces. Dans une poêle chaude, on place du beurre avec de l'huile; et quand le beurre commence à crépiter, on dépose l'entrecôte que l'on laisse cuire environ 5 minutes sur chaque face. Quand elle est cuite, on la débarrasse sur une assiette que l'on recouvre d'aluminium et on laisse reposer 5-6 minutes.

On récupère la viande, on la place dans un plat allant au four. On la couvre du crumble. On enfourne pour 5 minutes. On coupe l'entrecôte en tranches et on déguste aussitôt ! 

C'est un vrai délice ! Accompagnée de pommes de terre au four, cette recette est un vrai régal ! C'est clairement un de mes coups de coeur.

DSC0364-2

Maintenant, à vous de jouer !

Source : Rock the Bretzel

29 janvier 2017

..Cookies-brownies aux pépites de chocolat et beurre salé..

Finissons la semaine avec une recette gourmande... ultra fondante ! Elle attendait sagement son heure dans mon disque dur depuis un moment et, aujourd'hui, son heure est venue ! ^-^ Je me rappelle encore de ce samedi après-midi où je faisais face à un besoin irrépressible de me mettre quelque chose de chocolaté sous la dent... un après-midi parmi d'autres, c'est vrai, mais avec un petit sentiment d'urgence vu la grisaille et le mauvais temps qui nous matraquaient depuis plusieurs jours... Il fallait faire entrer un peu de plaisir dans ma cuisine et la magie d'internet opérant une fois de plus, en quelques minutes j'ai dégoté cette recette de Tiphaine du blog Gourmandiseries... rapide, forte en chocolat, facile à adapter sans gluten ! Ni une ni deux... aux fourneaux... Et si je vous dis qu'aujourd'hui, il fait encore particulièrement gris et maussade... ça vous donne une idée de ce que je vais faire de mon après-midi ! ^-^

DSC_0383-2

Pour une 30ne de cookies :

  • chocolat noir : 200 g
  • beurre salé : 40 g
  • oeufs : 2 
  • sucre : 100 g
  • fécule de maïs : 30 g
  • pépites de chocolat : 150 g
  • rhum vanillé : 1 cuillère à café

On commence par préchauffer le four à 180°C.

Pendant ce temps, on fait fondre au bain-marie le chocolat avec le beurre.

On bat ensuite les oeufs avec le sucre, puis on ajoute le rhum. On incorpore le chocolat fondu (attention à ce qu'il ne soit pas trop chaud pour ne pas cuire les oeufs). On ajoute enfin la fécule, puis les pépites de chocolat.

On dépose des tas de pâte sur des plaques de cuisson (je place dessus une feuille de papier sulfurisé pour éviter que ça colle) en s'adiant d'une cuillère à soupe. On espace bien car les cookies s'étalent à la cuisson.

On enfourne pour 8 minutes.

Une fois les cookies cuits, on les laisse légèrement refroidir avant de les manipuler (ils sont très mous en sortant du four), puis on les dépose sur une grille pour qu'ils refroissent totalement.

Y'a plus qu'à... ^-^

DSC_0399-2

Maintenant, à vous de jouer !

Source : Gourmandiseries 

23 janvier 2017

..Petites brioches torsadées et roulées à la confiture..

Depuis que j'ai retrouvé la maîtrise de mes week-end, je reprends plaisir à boulanger... C'est long, mais qu'est-ce que c'est relaxant le travail de la pâte à brioche !

Cette semaine, je suis partie sur des petites brioches torsadées et roulées garnies avec l'une des meilleures confitures du monde : la confiture abricot/vanille de ma belle-soeur adorée "Y" ! Autant dire que j'ai fait doublement plaisir à Mr Pomme en lui faisant des petites brioches qui mettaient à l'honneur la confiture de sa soeur et dont il va pouvoir se régaler toute la semaine !

DSC_2482-3

Pour 14 brioches :

Pour la pâte à brioche :

  • farine : 325 g
  • sucre en poudre : 15 g
  • sel : 2 g
  • œufs : 3
  • levure sèche : 5 g
  • beurre mou : 100 g
  • lait : 70 g

Pour la garniture :

  • confiture abricot/vanille : 4 cuillères à soupe
  • jaune d’œuf : 1 (avec un peu de lait et sucre)

On commence par activer la levure selon les instructions du fabriquant. Pour moi, il est question de faire chauffer le lait à 50°C et d'y placer la levure avec un cuillère à café de sucre (pris sur les 15 g). On mélange et on couvre. On laisse reposer 5 minutes.

Pendant ce temps, dans le bol du robot, on dépose la farine, le restant du sucre et le sel. On mélange bien. On creuse un puits dans lequel on casse les œufs. On mélange rapidement, puis on ajoute le mélange-levure. On pétrit alors avec le crochet pendant 5 minutes. 

On couper le beurre en dès, puis on l'ajoute en plusieurs fois dans la pâte. On attend que la pâte ait bien absorbée le beurre avant d'en ajouter. Quand tout le beurre a été incorporé, on pétrit pendant 5 minutes supplémentaires (la pâte est assez collante, mais le temps de repos, elle sera plus facile à travailler).

On fait une boule avec la pâte. On la dépose dans un récipient assez haut pour laisser de l'espace à la pâte pour lever. On couvre avec un chiffon légèrement humide et on laisse lever 2 heures dans un endroit sec à l'abris des courants d'air (pour moi, toujours le four).

Une fois le temps de repos passé, on farine légèrement le plan de travail, on dépose la pâte que l'on dégaze en la repliant plusieurs fois sur elle-même. On l'étale au rouleau en un rectangle de 50 cm sur 35 cm environ.

On nappe la moitié du rectangle avec la confiture (on va replier le rectangle dans le sens de la largeur, donc on obtiendra un rectangle de 25 cm sur 35 cm, donc c'est cette partie qu'on doit napper). On replie la pâte sur elle-même.

On découpe des bandes de 2 cm (donc 2 cm sur 25 cm). On les torsade et on roule les bandes sur elles-mêmes pour obtenir de jolies brioches. On soude bien les bords. On dépose sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. On espace les brioches car elles vont encore lever un peu. On couvre chaque plaque d'un torchon propre et on place dans le four pour une nouvelle levée de 1 heure. 

Après la dernière poussée, on préchauffe le four à 180°C.

On bat un jaune d'oeuf avec un peu de lait et de sucre, et on dore chaque brioche.

Puis on place au four pour 20 minutes. Les brioches sont prêtes quand elles sont joliment dorées.

On laisse refroidir sur une grille. Et on se régale tièdes ou complètement refroidies, elles sont délicieuses ! 

DSC_2468-3

Maintenant, à vous de jouer !


18 janvier 2017

..Tourte aux bleuets (avec une pointe de vodka)..

Nous sommes tombés, il y a quelques semaines, sur des bleuets biologiques surgelés. Habituellement, je cuisine essentiellement des produits de saison, mais là, j'ai craqué... Faut dire que janvier, c'est un peu dur... pommes, bananes, ananas et clémentines... Bref... un peu de couleur, ça fait du bien ! Et comme rien ne fait plus plaisir à Mr Pomme qu'une bonne tarte aux fruits, du coup, j'ai décidé de lui faire plaisir. Pour l'occasion, j'ai testé la pâte brisée de Papilles & Pupilles. Elle est top ! Elle se travaille très bien et elle est très bonne. 

DSC_2341-2

Pour 6 personnes :

  • beurre mou : 135 g
  • farine : 270 g 
  • sel : 1 grosse pincée
  • eau très froide : 45 g
  • bleuets : 600 g
  • sucre glace : 60 g
  • fécule de maïs : 1.5 cuillère à café
  • vodka : 1 cuillère à café
  • jaune d'oeuf : 1
  • lait : 0.5 cuillère à café
  • sucre

On place dans le bol du robot mixeur (oui, je suis un peu flemmarde là...), la farine, le beurre coupé en dès et le sel. Quand la pâte commence à sabler, on ajoute l'eau. On donne encore quelques coups de mixeur pour permettre à la pâte de s'amalgamer.

On boule ensuite la pâte, on la filme et on place au frais pour 30 minutes. 

Une fois le temps de repos passé, on abaisse les deux tiers de la pâte sur un plan de travail légèrement fariné. 

On préchauffe le four à 190°C.

Dans un récipient, on dépose les bleuets. On verse dessus le sucre glace, la fécule et la vodka. On mélange bien.

On récupère la pâte. On dépose les bleuets dessus. 

On abaisse le restant de pâte et on emporte-pièce dedans des formes pour recouvrir la tarte. On dore (jaune d'oeuf battu avec un peu de lait) chaque morceau de pâte avant de le déposer sur les bleuets. Quand toute la garniture est recouverte. On saupoudre avec un peu de sucre. 

On place au four pour une heure environ, jusqu'à ce que la pâte soit joliment dorée et les bleuets un peu compotés. Une fois cuite, on laisse la tourte refroidir avant de la placer au frais. Je vous conseille d'attendre le lendemain pour la manger. C'est vraiment comme ça qu'on l'a préférée. Mais bon, le jour-même, elle reste bien bonne quand même, c'est sûr !

DSC_2401-2

Maintenant, à vous de jouer !

Source pour la pâte brisée : Papilles & Pupilles

Posté par Pour ta pomme à 19:53 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 janvier 2017

..Des papettes au lieu d'une galette..

Il y a une recette que je souhaite tester depuis longtemps... une parmi des 100nes d'autres patiemment accumulées dans mon dossier "to do"... heureusement que ce dossier est virtuel car je ne vous dis pas la place que ça prendrait dans un tiroir si tout était imprimé sur des feuilles... Bref, avec la période des rois, le moment était idéal puisque la papette est une alternative parfaite pour ceux qui n'aiment pas la pâte feuilletée ou la frangipane comme Mr Pomme.

La recette vient de Gourmet & Gourmand... le blog recèle de gourmandise. J'y ai pioché quelques autres idées que je vous présenterai bientôt. Depuis que j'ai à nouveau un peu de temps, j'ai retrouvé mes marques dans la cuisine. Revenir sur le blog plus régulièrement est un autre défi, mais je vais quand même essayer d'être plus régulière. Les photos s'accumulent elles aussi dans mon disque dur... ^-^

Pour revenir à nos papettes, il s'agit de délicieuses petites brioches recouvertes de crème pâtissière. Je l'ai légèrement aromatisée au rhum vanillé. La pâte à brioche, particulièrement riche en beurre et en oeufs par rapport à celles que j'ai l'habitude de travailler, est particulièrement bonne. C'est facile à réaliser et très très gourmand ! C'est un peu long, comme toujours avec la pâte à brioche, mais comme c'est agréable à travailler hein ? La boulange... la meilleure des thérapies contre le stress !

DSC_2419-2

Pour 20 papettes :

Pour la pâte à brioche :

  • farine : 500 g
  • sucre en poudre : 30 g
  • sel : 8 g
  • œufs : 5
  • levure sèche : 7 g
  • beurre mou : 200 g
  • lait : 20 g

Pour la crème pâtissière :

  • lait entier : 600 g
  • jaunes d’œufs : 5
  • sucre en poudre : 50 g
  • fécule de maïs : 20 g
  • rhum vanillé : 1 cuillère à soupe

1- Préparation de la pâte à brioche :

On commence par activer la levure selon les instructions du fabriquant. Pour moi, il est question de faire chauffer le lait à 50°C et d'y placer la levure avec un cuillère à café de sucre. On mélange et on couvre. On laisse reposer 5 minutes.

Pendant ce temps, dans le bol du robot, on dépose la farine, le restant du sucre et le sel. On mélange bien. On creuse un puits dans lequel on casse les œufs. On mélange rapidement, puis on ajoute le mélange-levure. On pétrit alors avec le crochet pendant 5 minutes. 

On couper le beurre en dès, puis on l'ajoute en plusieurs fois dans la pâte. On attend que la pâte ait bien absorbée le beurre avant d'en ajouter. Quand tout le beurre a été incorporé, on pétrit pendant 5 minutes supplémentaires.

La pâte est assez collante, mais après les repos, elle sera facile à travailler. On fait une boule avec la pâte. On la dépose dans un récipient assez haut pour laisser de l'espace à la pâte pour lever. On couvre avec un chiffon légèrement humide et on laisse lever 1 heure dans un endroit sec à l'abris des courants d'air (pour moi, toujours le four).

Une fois cette heure passée, on place la pâte toujours couverte du chiffom au frais pour 30 minutes. 

On peut ensuite récupérer la pâte. On farine légèrement le plan de travail, on dépose la pâte que l'on dégaze en la repliant plusieurs fois sur elle-même. On la détaille alors en 20 morceaux de 50 g environ. 

On boule chaque morceau que l'on applatit ensuite comme une petite galette. On dépose sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. On espace les brioches car elles vont encore lever un peu. On couvre chaque plaque d'un torchon propre et on place dans le four pour une nouvelle levée de 1 heure. 

2- Préparation de la crème pâtissière :

On commence par mélanger les jaunes d’œufs avec le sucre en poudre et la fécule de maïs, jusqu'à ce que la préparation blanchisse.

On met le lait à chauffer puis quand il commence à bouillir, on le verse sur le mélange oeufs-sucre-fécule. On replace ensuite dans la casserole. On fait cuire à feu doux jusqu'à ce que la crème épaississe, sans cesser de remuer. On laisse bouillir la crème 1 bonne minute toujours en remunant. Puis on sort du feu. On ajoute le rhum.

On place dans un récipient, on couvre au contact avec du film alimentaire puis on réserve au frais.

3- Finalisation des papettes

Après la dernière poussée, on commence préchauffer le four à 180°C.

On bat un jaune d'oeuf avec un peu de lait, et on dore avec un pinceau le bord de chaque papette.

On appuie légèrement le centre des papettes pour creuser un espace que l'on remplira avec la crème pâtissière. On dépose dans les papettes, 3 cuillères à café de crème pâtissière, on lisse.

Puis on place au four pour 15 à 20 minutes. Les papettes sont prêtes quand elles sont joliment dorées.

On laisse refroidir sur une grille. Et on se régale. À la maison, c'est quand la crème est bien froide que les papettes ont été le plus appréciées, mais tièdes, c'est agréable également !

DSC_2429-2

Maintenant, à vous de jouer !

Source : Gourmand & Gourmet

20 décembre 2016

..Pavlova au citron, ganache montée au chocolat blanc et framboises..

Cela faisait longtemps que j'avais envie de faire une pavlova. Je trouve ce dessert si joli... Déjà juste le nom... Pavlova... ça fait rêver !

Mais difficulté : à la maison, on aime pas vraiment la meringue... pas de chance ! J'ai saisi l'occasion d'une réunion gourmande entre collègues pour assouvir mon envie de pâtisserie. J'ai encore du travail à faire car j'ai de la difficulté à faire des meringues bien blanches. J'ai quelques pistes pour améliorer tout ça. J'attends donc la prochaine occasion pour meringuer ! En attendant, je vous propose cette pavlova citron, framboise et chocolat blanc. La ganache montée au chocolat blanc apporte de la douceur. Elle se marie merveilleusement avec le crémeux au citron qui lui est particulièrement acidulé. Mais l'acidulé est indispensable pour équilibrer le sucre de la meringue. Quelques framboises pour plus de peps et de fraicheur... un dessert ultra simple à réaliser et parfait pour les fêtes !

DSC_2139-2-4

Pour 8-10 personnes :

Pour la meringue :

  • blancs d'oeuf : 150 g (soit environ 5 blancs)
  • sucre blanc très fin : 270 g
  • sel : 1 pincée
  • vinaigre blanc : 1 cuillère à café
  • fécule de mais: 2 cuillères à café

Pour le crémeux au citron (recette de Christophe Michalak) :

  • jus de citron : 100 g (environ 2 citrons)
  • zeste de citron bio : 2 cuillères à soupe
  • oeufs : 2
  • beurre mou : 120 g
  • sucre : 100 g
  • gélatine : 2/3 d'une feuille

Pour la ganache montée au chocolat blanc :

  • chocolat blanc de couverture : 75 g
  • crème liquide entière : 150 g

Pour la décoration :

  • framboises fraiches
  • chocolat noir
  • paillettes de chocolat

1 - Préparation du crémeux au citron à J-1 :

On commence par placer la gélatine dans de l'eau froide pour la réhydrater.

On prélève le zeste des citrons bio. On presse le jus des citrons. On place dans une casserole le jus de citron, le zeste, le sucre, les oeufs entier. On chauffe à feu moyen. On remue la préparation jusqu'à arriver à 85°C. On ajoute la gélatine bien essorée. On mélange pour bien l'incorporer. Puis on laisse refroidir jusqu'à 45°C.

Une fois les 45°C atteint, on ajoute le beurre coupé en petits morceaux, en mixant la préparation au mixeur plongeant jusqu'à obtenir une crème bien lisse. 

On place le crémeux dans une poche à douille toute fermée. On réserve au frais pour toute la nuit.

2 - Préparation de la ganache montée à J-1 :

On hache le chocolat blanc. On fait bouillir 50 g de crème. On verse la crème en 2 fois sur le chocolat. On mélange bien à chaque fois pour obtenir un noyau lisse et brillant. À la fin, on ajoute les 100 g de crème froide restante. On mélange bien. On filme au contact et on place au frais pour toute la nuit.

3 - Préparation de la meringue à J-1 :

On préchauffe le four à 120°C.

On commence par monter doucement les blancs d'oeuf avec le sel. Quand cela commence à bien mousser, on ajoute le vinaigre. On monte la puissance du robot. On fouette jusqu`à ce qu'ils commencent à être fermes. On ajoute alors le sucre en 4 fois. Quand les blancs sont lisses, bien fermes et qu'on obtient le fameux bec d'oiseau. On arrête. On incorpore avec une spatule la fécule de mais tamisée. 

On trace sur une feuille de papier parchemin un cercle de 24 cm. Au centre, on trace un cercle de 12 cm pour obtenir une couronne qui servira à dresser la meringue. Avec une grosse cuillère, on forme plusieurs tas de meringue les uns à côté des autres entre les deux cercles. On creuse un peu le dessus pour pouvoir avoir une petite rigole dans laquelle on déposera la crème.

On enfourne pour 30 minutes. Puis on baisse la température à 80°C. On laisse cuire 1h30. On arrête ensuite le four. Et on laisse la meringue dans le four, porte fermée toute la nuit.

4 - Montage, Jour J :

Moins d'une heure avant de servir le dessert, on récupère la meringue.

On fouette la ganache montée au chocolat blanc avec le batteur. Attention, ça va très vite. Dès qu'elle devient bien aérienne, on stoppe. On place la ganache dans une poche.

On poche alors le crémeux au citron et la ganache au chocolat blanc sur la meringue. On décore avec des framboises et quelques filets de chocolat noir fondu. J'ai également ajouté quelques paillettes de chocolat. 

Et voilà un dessert qui en jette et qui ne demande pas une grande préparation... succès garanti !

DSC_2131-2-4

 Maintenant, à vous de jouer !

15 novembre 2016

..Spirale brioche au chocolat-praliné..

En manque de boulange, il me fallait trouver une brioche sympa à faire ce week-end pour assouvir ce besoin (pour le plus grand plaisir de mon grand gourmand) ! Au détour de mes balades virtuelles, je suis tombée sur cette spirale briochée chez Chocociframboise. Le principe de cette brioche qu'on peut manger en la déroulant m'a tout de suite séduit ! Sitôt découverte, sitôt faite ! Et sitôt faite... sitôt engloutie ! 

Pour la garnir, j'ai réalisé une ganache chocolat-praliné. Une bonne brioche bien gourmande donc !

DSC_1948-2

Pour 6 à 8 personnes :

Pour la brioche :

  • lait : 250 g
  • farine : 500 g
  • levure sèche de boulangère : 7 g
  • beurre mou : 70 g
  • sucre : 50 g
  • oeuf : 1 + 1 jaune pour dorer

Pour la ganache :

  • chocolat noir 55% : 100 g
  • pralinoise : 100 g
  • crème liquide entière : 100 g
  • pâte de noisette : 1 cuillère à soupe
  • beurre : 20 g
  • poudre de cacao : 1 cuillère à soupe

1- Préparation de la pâte à brioche :

On commence par faire chauffer le lait en respectant la température indiquée par le fabriquant de la levure (entre 50 et 55°C pour moi). On délaie la levure dans la moitié du lait tiédi avec une cuillère à café de sucre prise dans les 50 g de sucre. On laisse reposer en couvrant pendant une dizaine de minutes pour actover la levure.

Pendant ce temps, dans le bol du robot, on verse la farine et le restant de sucre. On mélange bien. On creuse un puits.

On verse dans le puits l'oeuf, puis le restant de lait et le mélange lait/levure. On lance le pétrissage avec le crochet. Quand la pâte commence à bien se former, on ajoute le beurre coupé en petits morceaux progressivement. On attend à chaque fois que le beurre soit absorbé avant d'en ajouter plus.

Quand la pâte est souple, on arrête le pétrissage. On boule et on dépose dans un plat. On couvre avec un torchon propre. On laisse dans un endroit chaud, à l'abris des courants d'air, pour la première levée pendant environ 1h30 ou jusqu'à ce que la pâte double de volume.

2- Préparation de la ganache :

Pendant que la pâte lève tranquillement, on réalise la ganache.

Pour cela, on fait fondre le chocolat et pralinoise ensemble au bain-marie. Quand le chocolat est lisse. On fait chauffer la crème. On verse ensuite la crème en 3 fois sur le chocolat en prenant soin de bien mélanger entre chaque ajout pour obtenir un noyau bien lisse et brillant.

On ajoute ensuite le beurre et la pâte de noisette. On mélange bien pour faire fondre. Puis on incorpore le cacao. On réserve jusqu'à utilisation.

3- Montage de la brioche :

On récupère la pâte. On dégaze. On sépare la pâte en 3. 

Avec un laminoire, on réalise des bandes de pâte de 2 cm d'épaisseur et d'environ 13 cm de largeur.

On dépose les bandes sur un plan de travail fariné. On nappe avec la ganache. On peut être généreux ! On découpe chaque bande dans la largeur pour en obtenir 6 d'environ 6/6.5 cm de largeur. 

On enroule la première bande sur elle-même pour obtenir un escargot que l'on place au centre d'un moule à manqué de 24 cm (beurré et fariné). On enroule ensuite les autres bandes tout autour jusqu'à épuisement des bandes. 

On dépose ensuite la brioche dans un endroit sec et sans courant d'air pour 30 minutes de levée.

Au terme de cette seconde levée, on récupère la brioche, on dore avec le jaune d'oeuf. Pendant que le four préchauffe à 180°C. Quand il est arrivé à température, on enfourne pour 35 minutes de cuisson environ.

À la sortie du four, on démoule et on laisse refroidir sur une grille. On se régale ensuite en déroulant avec gourmandise chaque bandelette !!

DSC_1965-2

Maintenant, à vous de jouer !

Source : Chocociframboise

Posté par Pour ta pomme à 00:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

11 août 2016

..Quatre-quarts aux framboises (recette de Pierre Hermé)..

Cela faisait longtemps que je n'avais pas fait de gâteau pour le petit-déj de Mr Pomme, mais face à ces jolies framboises... je n'ai pas pu résister ! Et voilà un joli quatre-quart bien parfumé !

Pour la recette, on ne peut pas dire que j'ai pris beaucoup de risques, puisque c'est du côté de Pierre Hermé (avec cette recette repérée sur le blog de Zéro miette !) que je suis allée chercher l'inspiration. Un résultat à la hauteur de ces petites beautés rouges que j'ai tendance à boulotter allégrement toute seule dans mon coin, il faut bien l'avouer (et je n'ai même pas honte)... Bien moelleux et parfumé, la recette est parfaite... Il y a des jours où je maudis mon ventre et son intolérance au gluten... ^-^ Heureusement, j'ai pu me satisfaire de la bonne odeur sans voir mon bidou gonfler comme un ballon de baudruche !

DSC_0145-2

Pour un cake de 22 cm : 

  • oeufs : 3
  • sucre : le même poids que les 3 oeufs
  • beurre : le même poids que les 3 oeufs
  • farine : le même poids que les 3 oeufs
  • sel : 1 pincée
  • liqueur de framboises
  • framboises fraiches : 200 g

On commence par préchauffer le four à 200°C (et oui, même l'été rien ne m'arrête !).

Pour les quantités, c'est plutôt facile... On pèse les œufs, puis on prends le même poids de sucre, de beurre et de farine (et oui... le quatre-quarts trouve l'origine de son nom ici... ^-^).

On fait fondre doucement le beurre dans une casserole.

Pendant ce temps, on sépare les blancs des jaunes. On bat les blancs en neuge très ferme avec le sel.

Dans un saladier, on bat les jaunes avec le sucre en poudre jusqu’à ce que le mélange blanchisse et double de volume.

On ajoute ensuite le beurre fondu. On mélange bien et quand il est incoporé totalement, on ajoute la farine, puis la liqueur de framboises. On mélange bien pour obtenir un appareil bien lisse.

On incorpore finalement les blancs en opérant délicatement avec une maryse pour ne pas les casser. On ajoute aussi délicatement que possible les framboises. Puis on verse le tout dans un moule à cake beurré et fariné. 

On fait cuire pendant 15 minutes à 200°C, puis on abaisse la température du four à 180°C et on poursuit la cuisson pendant environ 25 à 30 minutes. Il faut que la lame du couteau ressorte séche. 

On laisse ensuite légèrement refroidir avant de démouler. Puis on le place sur une grille pour qu'il refroidisse totalement... Et ensuite : bonjour gourmandise !

DSC_0179-2

Maintenant, à vous de jouer !

Source : recette de Pierre Hermé repérée sur le blog Zéro miette !

Posté par Pour ta pomme à 01:51 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,