05 décembre 2012

..Parce qu'il n'ai jamais trop tard pour apprendre à aimer les courges... Gnocchi au potimarron..

J'ai décidé de me prendre en main et de me forcer à manger des choses que je n'aime pas. Après tout, j'avais bien lu une fois que pour faire manger aux enfants des choses qu'ils n'aiment pas, il ne faut surtout pas les forcer, mais leur faire manger un peu de l'aliment incriminé plusieurs fois, ces petits contacts répétés permettant d'apprivoiser le (dé)goût. Je crois que c'est aux alentours de 15 essais que le cerveau commence à se dire que finalement, c'est pas si mauvais. J'avais déjà réussi avec les tomates il y a quelques années, alors, là je me lance à l'assaut des courges dont j'ai une sainte horreur et qui sont on ne peut plus présentes ici...

Comme on le ferait avec des enfants, je commence doucement. Pas question de démarrer avec une purée 100% courge ou une courge rôtie au four (ce qui a pourtant l'air appétissant, mais bon...). Donc, pour l'instant, la courge, je me la cache. Je triche en en incorporant un peu dans des choses que j'aime... Et ça marche. Ces gnocchi sont passés comme une lettre à la poste. C'est à peine si j'ai su que s'y cachait un petit potimarron. ^-^

P1740496

Pour environ 8 personnes :

  • 700 g de purée de pommes de terre à chaire farineuse
  • 300 g de purée de potimarron
  • 350 g de farine
  • 1 oeuf
  • sel
  • curcuma

On commence par faire cuire les pommes de terre et le potimarron au four. Attention, à ne pales cuire dans l'eau pour éviter qu'ils ne se gorgent d'eau justement.

Quand les pommes de terre et le potimarron sont bien tendres, on les sort du four et on laisse refroidir.

On épluche ensuite les pommes de terre, on évide le potimarron et on réduit le tout en une purée bien fine (avec un tamis c'est top quand, comme moi, on a pas de presse purée !).

On creuse un puits au centre de la purée, on casse l'oeuf dedans, on ajoute 200 g de farine, on sale et on saupoudre avec le curcuma. Puis avec les doigts on mélange bien. On ajoute ensuite le reste de farine progressivement, jusqu'à obtenir une pâte lisse et homogène qui ne colle plus aux doigts et au plan de travail (ça peut demander un peu plus de farine que prévu en fonction de vos pommes de terre).

On prend ensuite des portions de pâte. On forme un boudin e 1,5 cm de diamètre environ, puis avec un couteau, on découpe des tronçons de 1 cm. On peut les utiliser directement comme ça, ça donne des petits coussins. On peut également essayer de les façonner en les appuyant et les roulant contre le dos d'une fourhette (ce que je ne maîtrise pas encore totalement comme le montrent bien les photos).

On pose les gnocchi sur un torchon propre légèrement fariné. Et on continue jusqu'à épuisement de la pâte.

A cette étape, on peut choisir de les cuisiner immédiatement (enfin après un petit repos de 30 minutes au frais), ou bien de les congeler (et ensuite des les utiliser en les plongeant, encore congelés, dans de l'eau bouillante).

Pour les péparer, rien de plus simple. On porte un grand volume d'eau à ébullition. On jette les gnocchi dedans, et quand ils remontent à la surface, on compte 30 secondes, on égoutte et voilà.

Perso, je les adore avec une sauce au brocoli et au parmesan, comme sur la photo ci-dessous, mais pour là, c'est comme vous voulez !

P1740615

Maintenant, à vous de jouer !

Posté par Pour ta pomme à 20:25 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


12 novembre 2012

..Velouté de Stripetti au ras-el-hanout..

Vous l'aurez compris, le ras-el-hanout est MON épice du moment. Faut dire que le passage des 40 pots d'épices en France aux huit qui ont eu la chance de traverser l'Atlantique dans nos valises, me donne l'occasion de remettre à l'honneur celles qui étaient parfois oubliées au fond des placards. Et je dois dire que ça c'est un avantage parce que, comme on dit, trop de choix... tue le choix ! Ce qui était vrai puisqu'au final, je revenais toujours vers le cumin... Alors, revenons au ras-el-hanout dont je suis devenue totalement addict ces derniers temps. Cette fois, c'est avec une délicieuse courge stripetti qu'il a fait alliance. Cette jolie cousine de la courge spaghetti a sensiblement le même gôut, même si elle est légèrement plus épicée. Elle se prépare de la même façon, souvent à la bolognaise une fois sa chaire claire défaite à la fourchette. Mais comme il commence à faire bien froid à Montréal pour nous autres p'ti Toulousains, c'est en velouté qu'elle s'est trouvée transformée, histoire de réchauffer un peu Mr Pomme !

P1730390

Pour 6-8 personnes :

  • 1 stripetti (1,9 kilo pour moi)
  • 1 grosse pomme de terre
  • 1 oignon
  • eau bouillante
  • 400 ml de lait
  • huile d'olive
  • 1 cuillère à soupe de ras-el-hanout
  • sel

On commence par placer le stripetti au four à 180°C jusqu'à ce que la lame d'un couteau puisse y pénétrer sans forcer, soit 45 bonnes minutes.

On récupère le stripetti. On le coupe en deux dans le sens de la longueur. On retire les graines au centre. Puis avec une fourchette, on détache la chaire.

Pendant ce temps, on émince l'oignon, on pèle la pomme de terre et on la coupe en morceaux.

Dans un fait-tout, on fait chauffer un peu d'huile d'olive avec le ras-el-hanout, on attend un peu pour le rendre encore plus odorant. On fait ensuite colorer l'oignon et la pomme de terre dans l'huile. Puis on ajoute la chaire du stripetti. On mélange bien et on recouvre avec l'eau bouillante. On couvre et on laisse cuire à feu doux jusqu'à ce que les morceaux de pomme de terre soient bien fondants, soit une quizaine de minutes.

Quand tout est cuit, il ne reste plus qu'à mixer avec un mixeur plongeur. On sale à convenance puis on ajoute le lait jusqu'à obtenir la consistance souhaitée.

On sert immédiatement en saupoudrant légèrement de ras-el-hanout pour un peu de couleur.

Allez, avec ça, on est paré pour l'hiver !

P1730723 (2)

Maintenant, à vous de jouer !

Posté par Pour ta pomme à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,